Accueil des élèves

Grand Fort Philippe le 15 octobre 2014

Visite du biotope et des huttes du platier d’oye par les élèves des lycées agricoles  LEGTA de Sains du Nord et  EPLEFPA  de  Dunkerque

Nombre de participants : 37  dont 5 professeurs accompagnants

Mot d’accueil de Louis Saint-Ghislain Président de L’ACCL-NORD 

Bonjour à tous,

Je voulais tout d’abord remercier la municipalité de Grand- Fort-Philippe qui nous fait l’honneur de nous accueillir dans ses locaux, j’ y associe bien évidemment les huttiers Messieurs Laurent Agneray, Stewart Bonne, Philippe Vanbossel  qui sont déjà sur le site et qui ont pris de leur temps pour que cette visite soit  en corrélation avec de votre attente.

Pour vous faire une présentation rapide de L’ACCL-NORD que j’ai l’honneur de présider depuis plus de 14 années tout en y étant adhérent depuis 1975, cette association compte à ce jour plus de 650 adhérents, répartis dans tout le département, voire autres…

  • Elle pratique la chasse sur le domaine public maritime du nord de la frontière belge à la limite départementale Nord/Pas de Calais soit sur plus de 35 kilomètres de rivage.
  • Elle est soumise au respect de l’arrêté du 24 février
    2014 qui en fixe ses statuts
  • Elle fait l’objet d’un bail d’état payable au trésor public qui vient d’être renouvelé jusqu’en 2023 ( bail de 9 années)
  • Elle est soumise aux respects des arrêtés des maires qui ont pouvoir de police concernant la sécurité publique.
  • Elle reste à ce jour l’une des dernières chasse populaire de notre département  accessible aux revenus les plus modestes.

Comme vous allez le constater sur le terrain, par ces nombreux biotopes, le site du platier d’oye offre une flore et une faune riche et variée, en effet puisque :

  • 361 espèces y ont été recensées, dont 86 d’intérêts patrimonial
  • C’est aussi un couloir migratoire très important qui en fait une zone d’observation pour les chasseurs particulièrement riche puisque 230 espèces d’oiseaux y ont été observées dont 85 d’intérêt patrimonial.
  • C’est aussi une zone d’étape et d’hivernage pour d’autres espèces comme le vanneau huppé ,l’avocette élégante, le chevalier gambette, les sternes caugek, naine et pierregarin, l’avocette élégante, le petit gravelot, le gravelot à collier, le busard des roseaux, la bécassine des marais, la mouette mélanocéphale.

S’il est vrai que les chasseurs y pratiquent leur passion depuis des lustres il n’en reste pas moins vrai que celle-ci n’a jamais été une activité qui a mis en péril le bon état de conservation des oiseaux puisque l’inventaire récent des lieux tant en matière de faune et de flore leur donne à ce jour raison.

Les chasseurs participent également à l’entretien du biotope, aux études scientifiques, aux observations, à la régulation des espèces classées chassables et invasives, des nuisibles et aux contrôles sanitaires ceci afin d’éviter certaines zoonoses voire pandémies, ces quelques actions citées n’étant pas exhaustives.

Rien que dans le nord et pour ne citer que cet exemple  ils ont investi environs 100.000 euros lors du problème sanitaire relatif à la recherche du virus H5N1.

La chasse dans le nord c’est aussi 27000 adhérents dont environ 50% Chasse le gibier migrateur.

  • C’est aussi une force pour l’économie car les 33 emplois, non délocalisables, qu’elle génère est bien partie prenante de l’ économie nationale.
  • C’est également une structure sur laquelle il faut compter pour la conservation et l’entretien des zones humides pour le maintien d’une faune et d’une flore riche et variée sans faire appel aux subventions publiques.
  • C’est entre autre un élément essentiel de cohésion sociale.

Ceci étant dit et pour se fixer le timing de cette matinée nous allons nous rendre sur le site où vous pourrez visiter le biotope qui jouxte la réserve naturelle et la ZPS du platier d’oye. Nous formerons ensuite deux groupes pour la visite des huttes de chasse au confort limité puisque ne disposant pas des possibilités structurelles qu’ont les huttes de l’intérieur. N’hésitez pas de poser vos questions sur place aux personnes qui vont vous réceptionner car celles-ci ont une parfaite connaissance de la pratique de la chasse et de la gestion de ces installations.

 Nous reviendrons ensuite sur ce lieu pour le pot de l’amitié suivi si besoin ait du jeu des questions réponses.

Au cours de la visite et pour n’en citer que certaines, nombres de questions nous ont été posées et tout particulièrement sur les prélèvements effectués dans les 6 huttes. Ce fut pour moi l’occasion de faire un état comparatif des destructions massives d’oies et de canards qui se pratiquent de manière récurrente en hollande par rapport aux prélèvements effectués dans les huttes, sur notre cohabitation avec les promeneurs et les responsables de la réserve  qui jouxtent notre territoire de chasse, sur la réglementation imposée tant par l’état qu’ au sein de notre association, sur les actions menées par la police de la chasse, sur la nature des espèces prélevées etc, etc…

Conclusion  :Lors de cette rencontre au demeurant très enrichissante de par ces échanges, l’essentiel  a été en ce qui nous concerne de faire passer  un message fort à savoir : l’attachement qui est nôtre pour le maintien de nos traditions locales mais aussi pour tout ce que nous représentons et mettons en oeuvre pour  la  sauvegarde d’une faune riche et variée le tout sans faire appel aux deniers publics.

Grand fort philippe le 15 octobre 2014

Date de dernière mise à jour : 11/07/2015