Rapports moraux

RAPPORT MORAL DU PRESIDENT         2020 / 2021

La saison 2020/2021 aura été la plus éprouvante mais aussi la plus cauchemardesque  que les chasseurs de migrateurs ont pu connaitre.

En effet, pour plusieurs milliers d’entre nous , alors que la chasse légale de fermeture est fixée par l’application de cette funeste directive oiseaux au 31 janvier de chaque année, nous avons perdu 93 jours de chasse ,perdu l’autorisation  de transporter nos appelants pendant trois mois,  subi une inégalité manifeste de traitement et d’information , le tout sur fond de grippe aviaire et de confinement, c’est du jamais vu.

Un premier Noël sans hutte , sans appelant , sans chasse ,  imposé par  deux ministres autoritaires celui de l’environnement et de l’agriculture , je cite : Barbara Pompili et Julien Denormandie .

Où sont les belles promesses faites en période préélectorale en 2017 par le candidat Emmanuel Macron rappelant devant nos instances nationales qu’il fallait «  foutre la paix aux ruraux , et laisser vivre les gens heureux avec leurs passions et leurs activités dans leurs terroirs ». A ce jour ,force est de constater que ces belles promesses n’ont pas été suivies dans les faits mais il  est vrai que les promesses ne sont tenues que par ceux qui les écoutent, les judas comptez- vous et ayez au moins  le courage d’assumer la responsabilité de vos actes et de vos paroles.

Que dire également du manque de concertation au niveau national ?.

A ce niveau, lors des négociations , la FNC a  préféré gérer seule l’entièreté de la chasse du gibier d’eau sans faire appel ni consulter les  fédérations départementales et  associations représentatives en la matière ce qui fut de sa part une première et grossière erreur.

 

 

La position qu’elle a prise en matière de chasse dite de régulation a été la  seconde erreur car si la chasse a été autorisée par dérogation pour assurer la protection des cultures elle aurait dû  l’être ou interdite pour tous sans exception, chasseurs de grand gibier, de plaine et de migrateur.

Alors que nous avions la possibilité de manifester notre solidarité et notre ras le bol en refusant cette chasse dérogatoire nos responsables Parisiens ont fait un autre choix, celui de la division, ce fut la troisième erreur.

Comment parler d’union du monde de la chasse quand dans ses propres rangs  rien n’est fait pour le rassembler autour d’un seul objectif, celui de reconquérir tout ce qu’il a perdu et qu’il perdra encore s’il reste passif  face au rouleau compresseur qui roule à grande vitesse  pour le laminer.

Très franchement, la guerre des «  Egos » est toujours ouverte, c’est moi le plus beau, c’est moi le plus fort, je sais gérer, vous n’avez rien à dire car c’est moi le patron, bilan des courses  les chasseurs de migrateurs victimes d’un système de gestion de leurs activités complétement déphasé avec ce qu’ils sont en droit  d’attendre de leurs dirigeants sont restés une nouvelle fois sur le bord du chemin.

Comme vous le savez,  je n’ai pas pour habitude de jeter de l’huile sur le feu ni de tirer sur l’ambulance mais j’ai le devoir  de remettre l’église au centre du village quand c’est nécessaire, n’en déplaise à ceux qui demain resteront dans une stratégie de défense de notre passion qui s’avère être catastrophique .

Il faudra bien un jour ou l’autre que le monde de la chasse et ses dirigeants sortent de l’hibernation car  il ne peut y avoir une chasse des migrateurs qualifiée de chasse loisir par certains ministres et l’autre dérogatoire pour assurer la protection des cultures,  tomber dans ce piège dévastateur sonnera le glas d’une chasse qui doit rester une et indivisible.

 

 

Que dire  également de la grippe aviaire et bien tout simplement que chaque année le virus H5N8 refait bizarrement surface en période de chasse, en amont et en aval de cette période personne n’en parle ?.

Que dire aussi sur la non reconduction des règles mises  en place pour la gestion de nos appelants en 2005 et en 2016, mesures qui avaient donné d’excellents résultats ?.

Que dire encore sur les décisions prises par nos gouvernants pour la gestion de cette crise sanitaire sans saisine officielle de l’ Agence Nationale Sanitaire ?.

Le constat est simple, n’ayons pas peur des mots , les chasseurs de migrateurs et les scientifiques ont perdu leur mission de sentinelle et de veille sanitaire au profit d’une gestion administrative et politique.

Malgré tous les problèmes que nous avons rencontrés notamment en matière de possibilité de rassemblement et de communication  votre conseil d’administration n’a pas chômé , nombreuses interventions téléphoniques, par email et par courriers auprès des maires, députés ,sénateurs, avocat et tribunaux, quelques visioconférences avec le Préfet Maritime et les autorités belges  pour le projet du parc éolien en mer pour lequel j’ai physiquement participé à cinq réunions et rédigé une contribution dans le cadre du groupe témoin avant débat publique , plusieurs réunions et visioconférences avec  le GPMD pour l’élaboration du document d’objectif relatif à la gestion des bancs de Flandre, s’ajoutent également toutes les interventions faites au niveau préfectoral pour la poursuite de la chasse sur la plage digue du break,  pour la gestion de l’estran de Grand Fort Philippe mais aussi auprès des députés signataires du RIP (référendum d’initiative populaire) sans oublier toute la gestion administrative  et financière de l’association. Cette liste d’action qui n’est d’ailleurs  pas exhaustive,  vous donne pour partie quelques indications sur le travail accompli par votre conseil d’administration que je remercie.

 

Concernant le nombre de nos adhérents celui-ci reste stable il est même en légère augmentation car de 457 la saison précédente nous sommes passés à 464 cette saison. Au cours de ces deux saisons 36 jeunes chasseurs nous ont rejoints dont 2 à titre gratuit pour trois années, il est à noter que ces derniers font l’objet d’une subvention qui nous est octroyée par notre fédération de chasse.

Un autre sujet de préoccupation  qu’il convient d’aborder est le nombre important de timbres « vote » du Pas de Calais que vous m’avez adressés. Je me permets de vous rappeler que pour chasser sur le DPM Nord vous devez être en possession d’un permis national dont le montant est de  205€  ou d’un permis départemental dûment validé par la fédération des chasseurs du Nord. Dans les deux cas et afin d’éviter toute verbalisation voire d’ambiguïté   car sur le timbre vote il n’est pas mentionné qu’il s’agit d’un permis national, le plus simple est de valider votre permis national ou départemental dans votre département de résidence, de plus  c’est moins cher dans le Nord (123,95€ ) que chez nos voisins ( 130,95€ ) et  ça me permet de vous représenter au niveau fédéral si naguère vous m’en donnez le pouvoir.

Comme je l’ai annoncé à ceux qui utilisent notre site et par courrier  à ceux qui jusqu’à présent avaient fait le choix des enveloppes , tous les adhérents devront, dès la prochaine saison, s’inscrire sur notre site et à la newsletter pour accéder à tous les documents informels dans lesquels  figurent, notamment, les différents bulletins d’adhésions. Cette nouvelle organisation est financièrement et administrativement  bénéfique pour tous, c’est du gagnant, gagnant, elle vous permettra également d’être rapidement informé de l’actualité ou autres…  par newsletter.

Pour votre information, notre site est attractif puisque depuis sa création c’est à peu de chose près  75000 personnes qui l’ont visité, 110 newsletters envoyées à  641 inscrits, le tout avec plus de 600 interventions.

 

 

Vous imaginez le temps passé pour assurer la gestion de ce moyen incontournable et essentiel  de communication !!!!. Qu’il me soit permis de  tirer un grand coût de  chapeau à celui qui malgré ses graves problèmes de santé continue de le gérer sans se plaindre et avec panache  : je cite  mon ami Philippe Lavoine , c’est un pur défenseur de la chasse des migrateurs  qui depuis 1975 m’a toujours accompagné et soutenu , sans faille , dans tous les combats que j’ai  menés  pour la défense de notre passion. Encore merci à lui, le connaissant je sais qu’il prendra le dessus sur cette saloperie de maladie.

En ce qui concerne nos finances associatives celles –ci se portent bien, non seulement nous sommes  arrivés à combler notre passif de la saison précédente qui était de 4149,19 €  pour être excédentaire  cette saison de 6807,46€. Suite à ce résultat et sur ma proposition votre conseil d’administration a décidé de minorer de 2€  le coût des  adhésions, anciens et nouveaux permis.

Voilà mes amis résumé en quelques lignes mon rapport moral.

Pour le conclure j’ose espérer que la saison 2021/2022 sera moins pourrie que la précédente, alors tous sur le pont pour qu’il en soit ainsi.

   Je vous remercie de votre attention

                                                               Le Président

                                                               Louis Saint-Ghislain

 

 

 Bray-Dunes le 03/01/2021

 

 

 

CHERS SOCIETAIRES

 

La situation sanitaire et les mesures prises par les instances gouvernementales  nous ont obligées  d’annuler nos deux assemblées générales, celle de l’UNACOM et de l’ACCL-NORD initialement prévues pour se dérouler à Grand Fort Philippe les 18 avril et 09 mai 2020. Elle nous a également obligé à communiquer de manière différente d’autant que les réunions de plus de 10 personnes étaient interdites et que statutairement nous devions tenir notre AG avant le 30 juin ce qui a été impossible dans le respect des règles sanitaires imposées par l’état.

Comme je l’ai déjà annoncé par newsletter aux adhérents utilisant notre site, notre assemblée générale ne pouvant se dérouler comme prévue, celle-ci se tiendra sous la forme d’un conseil d’administration exceptionnel restreint au siège de l’association, approbation du rapport moral, du bilan financier et réponses aux questions diverses obligent.  

RAPPORT MORAL SAISON 2019/2020

La saison qui vient de s’écouler n’a pas été d’un grand millésime  pas de froid , pas ou peu de migration, interdiction de la chasse du courlis cendré et pas de dérogation pour la chasse des oies en février.

Pour rentrer dans le vif du sujet toutes les  associations de chasse  maritimes  ont subi de plein fouet les effets de toutes ces interdictions sans pour autant avoir eu connaissance d’éventuels deals et du  qui a fait quoi ?.

Sur ce point précis il n’y a aucune ambiguïté en un mot, qui représente la chasse à l’échelon national et européen, la réponse vous la connaissez.                                    

Certains oublient de là où ils viennent et là où ils veulent aller, personne n’est dupe et si naguère il faut  leur rafraichir la mémoire je n’y manquerai pas car j’ai toujours su déplaire lorsque les circonstances l’exigeaient, c’est pour moi une question d’honneur et de liberté.

S’il est vrai que notre fédération nationale comptait beaucoup sur cette gestion adaptative ( voire Européenne)  des espèces c’était sans compter sur l’application pure et dure de la directive oiseaux 2009/147 qu’elle n’a pas eu le courage de combattre  en temps opportun, à ce jour, quoi que nous fassions cette dernière aura toujours juridiquement le dernier mot, les exemples fusent……notamment en ce qui concerne la chasse des oies en février.

De mon côté, contrairement à  certaines associations que je ne citerai pas, je me suis toujours opposé à cette fameuse gestion adaptative, c’est un bien grand mot sans espoir pour l’avenir car dès le départ les dés étaient pipés.

 Force est de constater que d’année en année nous y laissons des plumes et dans ce contexte notre fédération nationale s’est montrée pour le moins très candide, elle imaginait que tout allait changer avec les belles promesses de notre Président de la République , ce qui relève de l’utopie.

Pour la saison qui vient de s’écouler le constat non exhaustif est le suivant :

Nous avons perdu la chasse du courlis cendré en zone maritime. Nous avons aussi, avec la mise en application du permis national à 205€ perdu la chasse en zone limitrophe dans l’ensemble des départements de France et que dire de la perte de 2000 validations de permis de chasser dans le nord avec une incidence directe sur les associations de chasse mais aussi dans l’ensemble des fédérations à l’échelon national.

Nous ne savons toujours pas clairement  à quelle sauce nous allons être mangé avec le dossier IFAP dont trois espèces d’appelants le souchet, la sarcelle d’été et le pilet sont concernés. Ce que nous savons par contre c’est que cet arrêté est paru au journal officiel de la république française le 13 octobre 2018 sous le n°0237, sauf erreur de ma part car je ne suis pas toujours dans le secret des dieux il reste applicable en l’état si entre temps aucune modification n’y a été apportée.

Qu’il me soit permis d’y ajouter une petite rétrospective de ce que nous avons déjà perdu depuis 1965 :

1965 : Perte des mois de mars ,avril ,mai…..

1979 : Avec l’approbation de nos responsables cynégétiques nationaux et de l’ANCGE mise en application de la directive oiseaux 79/409.

1986/87/88 : les anti chasse attaquent les arrêtés d’ouverture devant le Conseil d’etat = diminution de la période de chasse.

1989 : Grande manifestation à Amiens( 18 février).

1992 : Directive habitats.

1994 : La chasse doit fermer dès la remontée du 1er oiseaux !.

1998 : Révolte pacifique du monde de la chasse à Paris (14 février)

1999 : Rapport Lefeuvre : un véritable scandale !.

2000 : Réseau natura 2000.

Loi Voynet . Suppression de la chasse en juillet.

                  . Fermetures échelonnées entre le 31/01 et le 20/02.

                  . Menace de moratoire pour la chasse de nuit.

                  . Suppression du timbre gibier d’eau ( financement des études

                    scientifiques).

                  . Suppression de la chasse le mercredi…….

2003 : Ouverture le 09 août sur le DPM et le 30 août pour les autres territoires.

2005 : Grippe aviaire = confinement des appelants.

2006 : Grippe aviaire = interdiction d’utiliser les appelants = registre      de détention, écouvionnage , baguage, déclaration de détention…..

Interdiction de la grenaille de plomb ( 200% d’augmentation pour une grenaille équivalente).

Achat de nouveaux fusils éprouvés « bille d’acier ».

Interdiction d’éjointage.

2006/2007 : Ouverture repoussée en septembre dans les marais intérieurs pour certaines espèces ( chipeau, canards plongeurs…..)

2008 : Ouverture du vanneau repoussée au 15/10.

Suppression de la chasse (moratoire) pour 5 ans du courlis cendré,        barge à queue noire et eider à duvet, sans raison scientifique valables….

La chasse du courlis est un mode de chasse ancestral, populaire et représentatif du DPM.

2009 : Suppression de l’Observatoire National

Fermeture des oies au 1/02

Découverte de la pratique du gazage, destruction des nids, abattages des oies et canards siffleurs en Hollande au printemps.

2010 ( février) : Application de la nouvelle directive oiseaux 2009/147 qui abroge et remplace  la directive 79/409.

2011 : Fermeture de toutes les espèces au 31/01 (sauf les oies 10/02) alors que le Conseil d’Etat autorise  la chasse des limicoles jusqu’au 20/02

2012 : Perte de la chasse des limicoles en février grâce à  un deal dont un certain responsable cynégétique national fût à l’origine ( tu me donnes les oies pour une année et je te donne en échange les limicoles).

2019 : Perte de la chasse du courlis cendré suspendu jusqu’au 31 juillet 2021 , à mon avis ce qui est perdu restera perdu, les exemples fusent…… et c’est pas fini car  si nos instances cynégétiques n’appellent pas tous les chasseurs, y compris  les chasseurs traditionnels à manifester leur mécontentement en prenant ce que l’on ne veut pas leur donner, vous imaginez la suite….

Triste constat, allons nous toujours et toujours subir sans que nos instances cynégétiques réagissent comme il se doit car dans le cas contraire c’est la mort programmée de la chasse du gibier migrateur.

Je connais bien WILLY SCHRAEN pour lequel j’ai beaucoup de respect et d’estime, c’est un battant qui a toujours défendu la chasse mais inhibé dans un système  politico- cynégétique il ne pourra s’en sortir  que s’il reste neutre en faisant le ménage autour de lui. Sur ce dernier point, je sais qu’il en a la carrure, faut-il qu’il puisse en avoir le pouvoir mais aussi et surtout la volonté ?.

Je sais qu’il n’était pas favorable à ce fameux permis national à 205€  dont l’objectif était d’éviter la concurrence pour le coût du permis entre toutes les fédérations, n’aurait-il pas été plus simple d’imposer aux chasseurs l’obligation de valider leur permis dans leur département de résidence ?.

Je suis également désagréablement surpris de constater les propos qu’il a tenu lors d’une assemblée générale en Charente Maritime je cite «  chasser avec 5 cannes et 3 males de colverts suffirait » pourquoi ces propos ?, n’auraient-ils pas  pour objectif de nous préparer uniquement à un avenir plus sombre en matière de détention d’appelants ?. j’ose espérer que ses propos ont dépassé sa pensée et qu’il mettra tout en œuvre pour remettre «  l’église au centre  du village ».

Ceci étant dit la situation financière de notre association est saine car si nous sommes débiteur cette saison d’environ 4200€  occasionné par la dépense effectuée pour la tenue gratuite  de notre ball trap, mais aussi par une perte significative d’adhérents, notre compte bancaire reste suffisamment approvisionné pour faire face à tous nos besoins.

Concernant notre site associatif ce dernier reste attractif puisqu’a  ce jour plus de 51100 visites y ont été enregistrées.

Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour demander aux adhérents qui disposent d’une adresse mail de s’inscrire sur notre site et à notre newsletter, passage obligé   pour accéder à l’ensemble des  documents relatifs au renouvellement de leur adhésion mais aussi à la réception des informations que nous sommes en mesure de  communiquer en tout temps.

Comme vous le savez nous devons à chaque fin de saison  rendre des comptes en matière de prélèvements. Cette obligation figure à l’article 23 chapitreVl de notre cahier des charges, elle conditionne le maintien de notre activité chasse sur le DPM. Pour cette raison chaque adhérent est tenu à retourner au siège de l’association sa fiche de prélèvements en la joignant à sa demande de renouvellement d’adhésion. Les huttes et hutteaux couverts de nuit disposant d’un cahier de prélèvements particulier ne sont pas concernés par cette obligation, néanmoins  tous les cahiers de prélèvements, huttes et hutteaux couverts, doivent être rendu à l’administrateur responsable de leur suivi avant le 15 mars

Concernant les jeunes chasseurs ayant obtenu leur permis en 2019 nous en avons accueillis 20 dont deux à titre gratuit, pour trois années, merci à notre fédération de chasse qui a pris cette bonne  initiative d’autant qu’elle fait l’objet  d’une subvention fédérale qui nous est octroyée pendant ces trois années.

Autre sujet de préoccupation, il concerne le concours que nous avons lancé pour la mise sur le métier d’un nouvel autocollant. Un seul adhérent à répondu à cette demande, trouvez-vous cela  normal ?. Néanmoins ce concours reste ouvert avec en prime une récompense  pour les trois premiers, je compte donc  sur vous tous pour y participer activement .

Voilà mes amis chasseurs, comme vous le savez, contrairement à certains, je n’ai jamais changé mon fusil d’épaule ni d’œil directeur. Quoi qu’il m’en a coûté pendant toutes ces années au service de notre passion, mon seul objectif a toujours été de défendre toutes les chasses et plus particulièrement celle des migrateurs en y associant le maintien de nos territoires et si j’ai parfois déplu à certains   lorsque les circonstances l’exigeaient sachez que je ne regrette rien, c’est pour moi, je le répète, une question d’honneur et de liberté d’expression

Pour en terminer, qu’il me soit permis de remercier l’ensemble de mon conseil d’administration qui contre « grands vents et parfois fortes marées  », m’a toujours apporté, sans faille, aide et soutien dans toutes mes démarches administratives et juridiques qui n’avaient qu’un seul l’objectif : mettre un terme aux coups bas portés à notre association par certains sociétaires avides de pouvoir au mépris du respect d’autrui et de notre réglementation, mais aussi pour recadrer certains responsables politiques et cynégétiques à l’échelon national.

Date de dernière mise à jour : 19/06/2021